30.000 places en plus dans le supérieur pour 2022

Face au manque criant de place dans les universités Françaises, le gouvernement a décidé, en accord avec les régions, de créer 30.000 places supplémentaires. Elles sont mises en place dès cette année pour la plupart, et s’étaleront jusqu’en 2022.

Une problématique connue

Depuis la rentrée 2020, les établissements d’Enseignement supérieur ne cessent d’alerter le gouvernement sur la nécessité d’ouvrir des places supplémentaires dans certaines filières.

 

Actuellement, un constat s’impose : la population étudiante augmente constamment chaque année (+30.000 en moyenne) tandis que la capacité d’accueil des établissements reste la même.

 

Ces chiffres sont d’autant plus importants cette année. Le Covid a en effet contraint les lycées à modifier les modalités d’obtention du baccalauréat. Résultat, le diplôme a été obtenu à la suite d’un contrôle continu, ce qui a donné lieu à un taux de réussite record au bac 2020, à 95,7%.

Les contours de la mesure

Pour parer à cette problématique, 30.000 places supplémentaires sont ainsi prévues pour l’Enseignement supérieur. La mesure fait partie du plan de relance du gouvernement et représente un coût de 180 millions d’euros pour les caisses de l’État.

 

Dans une interview accordée au Figaro, la ministre de l’Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, a précisé que ces nouvelles places seraient créées sur des filières « en tension ». Concrètement, cela correspond aux formations qui font face à un important déséquilibre entre les capacités d’accueil et la demande.

 

Elle en a profité pour annoncer la création immédiate de 21.500 places pour cette rentrée, tandis que les 8.500 places supplémentaires apparaîtront progressivement jusqu’en 2022.

Quelle répartition des places ?

Dans les faits, 10.000 places ont déjà été ouvertes dans différentes filières. 2.000 l’ont par exemple été pour les soins infirmiers et 3.000 autres pour les formations en BTS. D’une manière générale, l’ensemble de ces places seront incorporées « dans des formations courtes, les filières sanitaires et sociales ou paramédicales » a précisé la ministre.

D’autres mesures en faveur des étudiants

Parallèlement à ces nouvelles places, le gouvernement prend position en faveur des étudiants en difficulté financière dans son plan de relance. Ce dernier inclut notamment des aides financière d’urgence et des chèques alimentaires.

 

Parallèlement, les frais d’inscriptions ont été gelés pour cette rentrée universitaire et les étudiants boursiers peuvent aussi bénéficier de carnets de tickets restaurants universitaires à 1 €, pour se restaurer à moindre frais.

 

Si vous ne savez pas comment bénéficier de ces aides financières, vous pouvez vous rapprocher du CROUS pour lequel vous dépendez ou auprès de votre université. Ils sauront vous aiguiller au mieux dans vos démarches, en fonction de vos requêtes.

Tu as aimé ? N’hésites pas à partager :

5 / 5. 1

Autres sujet qui pourraient vous intéresser :